Mari transve mare, hominibus semper prodesse.
Sur mer ou au delà des mers, toujours secourir les hommes.

Actualités et vie de l'association

« Je suis ASNOM », je règle ma cotisation annuelle

Cotisation, dons, fiche de renseignement, téléchargez la fiche.




Congrès ASNOM 2019 à Bastia

CONGRÈS ASNOM Bastia – IGESA « LA MARANA » du 17 septembre au 21 septembre 2019

Mardi 17 septembre : Arrivée de tous les Congressistes

  • 9 h 00 à 19 h 00 : Accueil sur le site du Congrès « La Marana » - Tél. : 04 95 30 19 10. Journée libre (visites individuelles).
  • 12 h 00 : Déjeuner (1) à « La Marana » sur réservation lors de l'inscription. Chambres disponibles à partir de 16 h 00.
  • 19 h 45 : Dîner.


Mercredi 18 septembre

  • 7 h 45 à 9 h 45 : Petit-déjeuner. Matinée libre.
  • 12 h 00 : Déjeuner « La Marana ».
  • 14 h 00 à 18 h 00 : Assemblée Générale de l'ASNOM suivie du Conseil d'Administration dans la salle de conférence.
  • 14 h 00 à 17 h 00 : Visite de Bastia pour les accompagnant(e)s.
  • 18 h 00 : Conférence sur un Navalais célèbre né en Corse : Jules Michel Emily (Bx 1890) médecin de la mission Marchand.
  • 19 h 45 : Repas de gala.


Jeudi 19 septembre

  • 7 h 45 à 9 h 45 : Petit-déjeuner.
  • 9 h 00 : Départ d'excursion (2) en car vers CORTE avec guide (70 km – Temps de trajet 1 h).
  • 18 h 00 : Retour d'excursion.
  • 19 h 30 : Dîner à « La Marana ».


Vendredi 20 septembre

  • 7 h 45 à 9 h 45 : Petit-déjeuner.
  • 8 h 30 : Départ d'excursion (3) en car vers CALVI avec guide (92 km – Temps de trajet 2 h).
  • 19 h 00 : Retour d'excursion.
  • 19 h 30 : Dîner à « La Marana ».


Samedi 21 septembre

  • 7 h 45 à 9 h 45 : Petit-déjeuner. Départ des Congressistes.


[Télécharger le programme, la Fiche d'inscription]

[Toutes les actualités...]

Bulletin de L'ASNOM n°138

L'oeuvre humanitaire des Corps de Santé Naval et Colonial français

"Les vrais hommes de progrès sont ceux qui ont pour point de départ un respect profond du passé. Tout ce que nous faisons, tout ce que nous sommes est l'aboutissement d'un travail séculaire".
E. Renan

Un jour - qui ne sera peut-être pas très lointain - la colonisation française sous la troisième République sera analysée par des historiens, des sociologues ou des ethnologues, et considérée sans esprit préconçu. Son véritable bilan sera fait, à tout le moins, des aspects positifs lui seront attribués.

Dans la seconde moitié du XIXème siècle, apporter aux indigènes la paix intertribale et faire disparaître l'esclavage, amener l'éducation et assurer la santé, semblaient alors pour la France colonisatrice la justification du statut de "grande puissance".

Succédant aux médecins de la marine "en poste à terre" dans ces régions, le Service de Santé des Troupes Coloniales se voit confier, par nécessité, l'action sanitaire civile dans les colonies françaises (Maghreb excepté). En 1890, est ainsi créé le corps de santé des colonies et des pays de protectorat, devenu en 1903 le Corps de Santé des Troupes Coloniales, puis des troupes d'outre-mer avant d'être intégré, en 1968, au Service de Santé des Armées.

Cette période s'étend donc de Sadi Carnot à Charles de Gaulle. Le recul actuel permet de faire le bilan de l'action sanitaire de ces hommes en tenant compte des conditions dans lesquelles ils ont oeuvré… et pendant qu'il reste encore des survivants de ce corps de santé pour témoigner.

De ce site, consacré à son oeuvre civile, nous allons successivement :

- Préciser ses objectifs.
- Donner des raisons d’en conserver la mémoire.
- Tracer ses limites.
- Souligner quelques remarques préliminaires.

Ce site est certifié en conformité au Code de bonne conduite HONcode : Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON

Page publiée le 11/09/2019 .