L'AFRIQUE ÉQUATORIALE FRANÇAISE (AEF)

A la création du Corps de santé colonial, les possessions françaises d’Afrique équatoriale se réduisent à deux colonies, le Gabon et l’Oubangui, administrées par un commissaire général. En 1908, quatre territoires sont créés : Gabon, Moyen-Congo, Oubangui-Chari et Tchad et en 1910, un décret organise le gouvernement général de l’AEF à Brazzaville. Les territoires sont divisés en régions, elles même subdivisées en districts.

Cette organisation sera plusieurs fois modifiée par changement des frontières des territoires.

En août 1940, le gouverneur général F. Eboué se rallie au général De Gaulle et, après quelques frictions locales, entraîne toute l’AEF qui devient le premier territoire africain de la France Libre.

En 1946, l’Union française institue une loi électorale permettant aux populations africaines d’envoyer des députés et des sénateurs dans les assemblées parlementaires françaises de métropole.

En 1951, des assemblées territoriales élues au suffrage universel sont organisées sur la base d’un double collège. Un Grand Conseil de 20 membres, 5 par territoire, assiste le haut-commissaire.

La loi-cadre de 1956 dote chaque territoire d’un conseil de gouvernement dont les ministres sont nommés par l’assemblée territoriale élue au suffrage universel avec un collège unique.

En 1958, l’appartenance à la Communauté française est approuvée par tous les territoires. Le Moyen-Congo prend le nom de Congo-Brazzaville et l’Oubangui-Chari celui de République centrafricaine. Dans les deux ans qui suivent, ils accèdent à l’indépendance et entrent dans l’Organisation des Nations unies.





LE GABON

Rappel historique entre 1890 et 1970.

En 1882, Libreville est la capitale du Congo français (actuels Congo et Gabon) dont Savorgnan de Brazza est commissaire général. L’occupation, limitée à quelques postes, a pacifié les tribus. En 1886, le Gabon est séparé du Moyen-Congo. Brazzaville devient la capitale du Moyen-Congo et Libreville celle du Gabon.

En 1910 le Gabon est inclus dans l’AEF. En 1911, le Nord du pays est cédé aux Allemands et récupéré en 1914.

La superficie est alors la moitié de celle de la France. A partir de 1957, le pétrole devient la ressource principale, à la place du bois d’okoumé.

Comme les autres colonies d’AEF, le Gabon passe par les phases de "territoire de l’Union française" (1956) de "République dans la Communauté" (1958) et "d’État indépendant" (1960).

 




LE MOYEN-CONGO (actuel Congo)

Rappel historique entre 1890 et 1970.

En concurrence avec les Portugais et les Belges, la pénétration militaire est lente entre la côte et Brazzaville. Simple marche du Gabon depuis 1882, le Congo, grand comme les deux tiers de la France, en est séparé en 1886.

En 1903, la colonie prend le nom de Moyen-Congo et entre dans l’AEF en 1910. En 1911, une vaste portion est cédée à l’Allemagne, mais récupérée en 1915.

La construction du chemin de fer Congo-Océan, entre 1921 et 1934, soulève l’émotion métropolitaine par les difficultés rencontrées et le coût humain de l’opération, relayés au Congo par le "prophète" Matswa.

Le Congo est le premier pays d’Afrique à se rallier au général De Gaulle, le 28 août 1940. C’est aussi à Brazzaville que s’ouvrira, en février 1944, la conférence annonçant l’émancipation politique de l’Afrique. Comme les autres colonies d’AEF, le Congo passe par les phases de "territoire de l’Union française" (1946) de "République" (qui reprend le nom de Congo) dans la Communauté (1958) et "d'État indépendant" (1960).





L’OUBANGUI-CHARI (actuelle République Centrafricaine)

Rappel historique entre 1890 et 1970.

Par suite de la concurrence des autres nations coloniales et de nombreuses révoltes, les frontières de ce territoire n’ont été définitivement établies qu’en 1939.

En 1911, une partie importante de l’Ouest est cédée à l’Allemagne et récupérée en 1914. Plus grand que la France, l’Oubangui est, de 1928 à 1931, le théâtre de troubles qui s’étendent jusqu’au sud du Tchad. Rallié à la France Libre dès août 1940, il suit ensuite l’évolution des États d’AEF.

Il change de nom pour devenir République centrafricaine au lendemain du référendum sur l’appartenance à la Communauté française, le 28 octobre 1958. Cette République proclame son indépendance en 1960. Sa capitale est Bangui.





LE TCHAD

Rappel historique entre 1890 et 1970.

Le 22 avril 1900, la colonne Foureau-Lamy venant d’Alger, la colonne Joalland-Meynier venant de Dakar et la colonne Gentil venant de Brazzaville se rejoignent sur les bords du lac Tchad et battent l’armée de Rabeh à la bataille de Kousseri. La conquête s’engage et ne sera terminée qu’en 1930.

Territoire militaire jusqu’en 1910, le Tchad passe sous administration civile en 1920. Ses frontières définitives ne sont fixées qu’en 1936 . Sa superficie est plus du double de celle de la France mais la majeure partie du territoire est désertique. Seul, le Sud est agricole et producteur de coton. La capitale est Fort Lamy devenu N’Djamena.

Comme les autres colonies d’AEF, le Tchad passe par les phases de "territoire de l’Union française" (1946) de "République dans la Communauté" (1958) et "d’État indépendant" (1960).


Page publiée le 11/01/2017.