LES MALADIES CARDIO-VASCULAIRES

Jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale, la cardiologie et la pathologie vasculaire restent incluses dans la pratique du généraliste.

Les progrès techniques et particulièrement l'avènement de moyens d'exploration précis permettent de décrire et de traiter les maladies cardio-vasculaires rencontrées outre-mer.

Plus tard, la création d'un institut de cardiologie à Abidjan met l'Afrique francophone au même rang que les pays européens dans le traitement chirurgical des affections cardiaques.




LA CARDIOLOGIE DU GÉNÉRALISTE

Jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, les maladies cardio-vasculaires sont incluses dans la médecine générale et relèvent de l’exercice du médecin de brousse ou du praticien hospitalier. Se surajoutant aux maladies cosmopolites, un certain nombre d’affections tropicales ont des complications cardiaques. Les deux facteurs les plus typiques sont d’une part le béribéri, répandu en Indochine et susceptible de provoquer une mort subite (Le Dantec* en 1929), d’autre part une anémie sévère fréquente, provoquée par des parasites intestinaux (ankylostomes). Une atteinte du myocarde s’observe également au cours du paludisme de longue durée, de la trypanosomiase et des rickettsioses (M. Martin*). Ces dernières peuvent aussi léser les artères et les veines. Enfin, certaines chimiothérapies anti-parasitaires ont des effets nocifs sur le coeur. F. Blanc* et Bordes* insistent sur les précautions à tenir lors des cures d’émétine prescrites dans l’amibiase.




LES PROGRÈS DES CONNAISSANCES

Peu à peu, les hôpitaux sont équipés d’appareils radiographiques, puis d’électrocardiographes. Colligées, les observations des services hospitaliers permettent, à partir de 1950, surtout en Afrique noire et à Madagascar, d’avancer des taux de prévalence hospitalière, ébauches de données épidémiologiques : M. Martin* et Charmot* au Sénégal, Mulet* en Guinée, Sankalé* au Soudan, Peuchot* au Congo, Diénot* en Oubangui, de Lostalot*, Peyrot* et Bertrand* à Madagascar.

Puis les progrès de la biochimie, l’apport de l’anatomie pathologique et l’arrivée des premiers spécialistes de cardiologie permettent des avancées notables dans la connaissance des maladies cardio-vasculaires sous les tropiques. Hélas, les patients se présentent le plus souvent dans un état avancé, essoufflés et gonflés d’oedèmes. Ils occupent environ 10 % des lits des services de médecine pour adultes et 20 % d’entre eux meurent à l’hôpital.

Ces cardiaques africains sont en grande majorité atteints de maladies cosmopolites.

- Les atteintes d’origine infectieuse sont dues surtout au rhumatisme articulaire aigu, avec ses redoutables séquelles valvulaires et à la syphilis vénérienne, génératrice de graves lésions aortiques.

- L’hypertension artérielle, surtout dans les villes, est aussi fréquente et préoccupante qu’en Europe.

- Des trois tuniques du coeur, le myocarde est le plus souvent touché. On individualise par la radiologie thoracique le concept de "gros coeur primitif" de l’Africain, entité dont les origines seront peu à peu élucidées. Delahousse* et Bertrand* s’intéressent en particulier à ces insuffisances cardiaques inexpliquées. A Dakar, en 1960, Sankalé*, avec Payet et Pène, attire l’attention sur une défaillance cardiaque survenant chez les accouchées, la myocardite du post-partum.

- La première intervention de chirurgie cardiaque en AOF réalisée en 1956, à Dakar, par Bèzes* est une commissurotomie pour rétrécissement mitral, couronnée de succès.

Deux constatations se dégagent :

- La rareté relative chez le Noir africain de l'infarctus du myocarde et des artérites oblitérantes des membres inférieurs, deux localisations de l'athéromatose des artères, fréquentes en Europe et dites "maladies de la civilisation".

- Un groupe de cardiopathies originales semblant avoir une prédilection pour les régions tropicales, telles que l’endocardite fibroplastique signalée par Peuchot* à Brazzaville et la cardiopathie à éosinophile rapportée par Mazaud* au Cambodge, l’endomyocardite fibreuse décrite par Bertrand* à Abidjan.





L’INSTITUT DE CARDIOLOGIE D’ABIDJAN

En 1976, bénéficiant du soutien éclairé du président Houphouet-Boigny, l'institut de cardiologie d'Abidjan ouvre ses portes grâce à Ed. Bertrand*.

Il s'agit d'une formation autonome, située dans l'enceinte de l'hôpital universitaire de Treichville. De 1976 à 1988, il est dirigé par Ed. Bertrand, brillant chef d'école qui en fait un centre moderne, doté des installations médicales et chirurgicales les plus performantes avec des explorations non invasives (échographie et mécanographie) et invasives (cathétérisme et angiographie).

La renommée de l’établissement ne se fait pas attendre. Les malades africains viennent de 15 pays, surtout pour se faire opérer (au lieu d’être évacués en Europe ou dans les pays anglophones) L’institut ouvre une section d’épidémiologie des maladies cardio-vasculaires.

De nombreux médecins coloniaux servent à Abidjan, aux côtés de leurs confrères ivoiriens et d’un remarquable chirurgien cardiaque, Métras. Ce sont notamment Clerc* et Renambot*.

La publication d’une revue bilingue et de plusieurs ouvrages ajoutent au rayonnement de l’institut, pépinière de nombreux cardiologues africains. En une quinzaine d’années, leur nombre passe de 10 à 70. Au départ de Bertrand, un de ses élèves ivoirien lui succède.

Parmi les chapitres de la cardiologie moderne de l’Africain, une affection originale, l’endomyocardite fibreuse, occupe une place prépondérante. Maladie curieuse et redoutable où l’insuffisance cardiaque est la conséquence d’une couenne blanchâtre de plusieurs millimètres d’épaisseur qui se développe à l’intérieur des cavités du coeur. Cette couenne doit être enlevée par un acte chirurgical à coeur ouvert mis au point par Dubos, repris et adapté par Métras. L’institut d’Abidjan fait autorité dans ce domaine et avec 120 cas opérés détient l’une des statistiques mondiales les plus importantes.


Intervention chirurgicale

Enfin, rançon des progrès du tabagisme, de la hausse des niveaux de vie et de la sédentarité, en une quarantaine d’années les "maladies de la civilisation" sont en nette progression : en l’an 2000, l’infarctus du myocarde, nécessitant des pontages coronariens, n’est plus une rareté chez le Noir africain.



Pour en savoir plus :

- Bertrand Ed. : Précis de pathologie cardio-vasculaire tropicale. 420p. Sandoz Edit. Rueil Malmaison 1979.


Page publiée le 11/01/2017.