LES JARDINS BOTANIQUES DES HÔPITAUX MARITIMES

Il s'agissait au départ de cultiver les plantes médicamenteuses, de les étudier, de les classer, d'en faire la démonstration et naturellement d'en définir les propriétés thérapeutiques. Pour ce faire la marine française créa dans les ports, près de ses hôpitaux, des jardins botaniques qui par ailleurs établissaient des contacts fructueux avec les jardins établis aux colonies, en Inde, dans les îles de France et de Bourbon, au Sénégal, en Guyane ou à La Martinique. Elle embarqua aussi des botanistes au XIXe siècle lors des grandes expéditions d'exploration, chargés de rechercher, de collecter et de rapporter des espèces végétales nouvelles pour le compte du Muséum d'Histoire naturelle. Outre l'enseignement prodigué dans les écoles de chirurgie des hôpitaux maritimes de la botanique et de ses applications en médecine, les jardins botaniques des ports servirent dès lors de relais d'acclimatation pour les végétaux exotiques ramenés vivants des grandes expéditions maritimes.

Sont alors créés les jardins botaniques de Rochefort, Brest, Toulon et Lorient après que le Père Plumier eût découvert aux Antilles le Bégonia, ainsi dénommé en hommage à son protecteur l'intendant Michel Bégon.





LE JARDIN BOTANIQUE DE ROCHEFORT

Le jardin botanique de Rochefort Un premier jardin botanique de la marine fut créé en 1697 par Marc-Antoine Gallot, premier médecin au port depuis 1695, sur instruction de l'intendant Michel Bégon (1838-1710) qui voulait entretenir des "plantes curieuses, utiles et agréables" pour les envoyer au Jardin des Plantes à Paris. Ce jardin, alors situé dans l'enceinte du premier hôpital dit "hôpital Charente" ouvert en 1683, ne survivra toutefois pas à la mort de l'intendant en 1710.

Il faudra attendre 1738 pour que le premier médecin Jean Cochon-Dupuy (1674-1757), fondateur de l'Ecole de chirurgie de Rochefort en 1722, obtienne du ministre l'autorisation d'aménager un nouveau jardin botanique qui sera implanté cette fois au bout de la place des Fonderies. Inauguré le 30 décembre 1741, il précéda ceux de Brest et de Toulon. Au demeurant, dès le début du XVIIIe siècle, Rochefort était devenu le principal port d'arrivée des végétaux exotiques, en particulier des colonies d'Amérique. On y vit même en 1797, provenant de l'expédition d'Entrecasteaux, trois pieds d'arbre à pain (artocarpus altilis).

La direction de ce nouveau jardin botanique fut aussitôt confiée à Gaspard Cochon-Dupuy (1710-1788), alors second médecin au port, qui classait les plantes selon leurs vertus médicinales. Selon le Règlement de 1768, le premier médecin était tenu de définir les plantes usuelles avec la manière de les employer mais aussi de présenter les différentes drogues en indiquant leurs propriétés et indications dans les maladies tant internes qu'externes.

Les démonstrations de plantes se faisaient selon les classifications en vigueur. Après Gaspard Cochon-Dupuy, les plantes furent classées selon la méthode de Tournefort par Poché-Lafond en 1793 puis selon la méthode de Linné par Bobe-Moreau en 1798 avant d'être rangées selon la méthode naturelle de Jussieu par Repey en 1827. Des Catalogues fournissant l'inventaire des plantes de Rochefort furent adressés à plusieurs reprises au Muséum.


Mais ce jardin botanique devint vite trop petit. Dès 1817 il comptait déjà environ 2 000 plantes dont au moins 1 500 d'exotiques. Son extension ne se réalisera cependant qu'en 1827 par l'adjonction d'un terrain contigu surélevé et mieux exposé, appelé jardin du duc de Bordeaux. Le jardin agrandi, d'une surface ainsi quadruplée, connut alors son âge d'or et dix ans plus tard, en 1837, le naturaliste R.-P. Lesson affirmait qu'avec près de 4 000 plantes il occupait en France le quatrième rang. Disposé en amphithéâtre, il comportait quatre bassins remplis de plantes aquatiques et disposait de serres chaudes pour les espèces exotiques, de serres tempérées, de serres à plantes grasses et d'une orangerie. Ce fut son apogée. On y trouvait à cette époque des plantes telles que le giroflier, le cannelier, la canne à sucre, le cotonnier, le dattier, l'ananas ou même l'arbre à pain mais, malgré encore quelques améliorations au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, avec la disparition des grands voyages de découverte, l'activité du jardin botanique déclina progressivement et il sera abandonné par la marine en 1896.




LE JARDIN BOTANIQUE DE BREST


Caisses pour le transport des plantes

Brest, lors de la fondation de l'hôpital en 1694 sous la direction du premier médecin Ollivier, on avait aménagé un jardin des simples derrière l'église Saint-Louis qui était disposé en trois terrasses situées parallèlement à la rivière Penfeld, au dessus de la Corderie neuve. Ce jardin, achevé en 1698, était alors pourvu d'une centaine de plantes médicinales destinées à approvisionner l'apothicairerie de l'hôpital. Il connut un grand développement après la fondation de l'Ecole de chirurgie en 1731 par le ministre de la marine mais cet essor fut compromis en 1736 par l'effondrement partiel des terrasses créées en 1694. Tout était cependant rétabli en 1738.

En 1757-1758 la grande épidémie de typhus fit 5 000 morts à Brest, au retour de Louisbourg de l'escadre de Dubois de Lamotte. Le jardin ne pouvant subvenir totalement aux énormes besoins du moment, sa gestion fut confiée en janvier 1759 aux frères de la Charité mais les résultats obtenus par les religieux furent si catastrophiques qu'il fallut acheter à l'extérieur les plantes thérapeutiques indispensables.

En novembre 1763, alors que Pierre Poissonnier (1720-1798) venait d'être nommé Inspecteur général de la médecine dans les hôpitaux et ports de la marine, le premier médecin Chardon de Courcelles (1705-1775) sollicita un autre jardin botanique, le précédent étant devenu trop petit depuis son effondrement. Ce n'est cependant qu'en 1768 qu'on lui accorda un terrain proche qui va constituer la première terrasse du nouveau jardin. Pourtant, lorsqu'en 1772 le jardinier botaniste Antoine Laurent (1744-1820) arrive du Jardin des Plantes pour prendre la direction du jardin, celui-ci ne renfermait que deux cents plantes indigènes. Laurent, en multipliant la culture de plantes locales et étrangères, réussit finalement à réunir plus de 2 000 espèces d'intérêt et constitua un herbier d'une rare richesse. C'est donc grâce à ce botaniste hors pair, à sa compétence et sa détermination, que le jardin botanique de la marine connaîtra une telle renommée qu'il sera considéré comme l'une des merveilles de la Bretagne. Il sera agrandi en 1816 par l'acquisition de terrains voisins qui vont permettre l'aménagement de deux terrasses supérieures tandis que deux serres, l'une chaude, l'autre tempérée, assuraient la culture de plantes variées.





LE JARDIN BOTANIQUE DE TOULON

Un jardin médicinal avait été aménagé à Toulon en 1769 sur un terrain maraîcher loué à l'hôpital de la Charité dans le quartier Saint-Roch mais ce n'est qu'en 1786 que fut aménagé un véritable jardin botanique sur un terrain dépendant de l'Administration des Hospices de la ville. Il était dirigé par le médecin Barberet (1714-1794) issu de l'Ecole de Montpellier, assisté du jardinier botaniste François J.-B. Martin. Ce Martin rédigea un Mémoire sur le jardin botanique de Toulon en 1791 ainsi qu'un Catalogue des plantes de Toulon. Le jardin comportait des cultures traditionnelles voisinant avec des plantes exotiques introduites de 1787 à 1792. Il sera plus tard enrichi au retour de voyages comme celui de l'Ariège en 1808 et surtout celui de la Coquille en 1825.

Après le décès de François Martin en 1817, le jardin sera dirigé par Gaspard Nicolas Robert (1776-1857). Aide jardinier botaniste en avril 1794 puis jardinier botaniste en 1801, ce dernier part alors à Paris étudier les sciences naturelles avant d'être affecté en Corse en 1802 pour y diriger le jardin nouvellement créé. Revenu à Toulon, il seconde le vieux botaniste Martin handicapé par l'âge et lui succède à son décès comme botaniste du port en juin 1817 en même temps qu'il est promu pharmacien de 2e classe. Robert jouissait de l'estime des grands botanistes de la capitale au point que l'un d'eux donna le nom de Robertia à une plante nouvelle. Il correspondait avec le Muséum et publia en 1821 un Catalogue des plantes cultivées au jardin botanique de la marine du port de Toulon. Robert fut le premier en France à cultiver le néflier du Japon (Eriobotrya japonica). Son jardin était un modèle du genre par la rareté et la beauté des spécimens exposés, qui fit en son temps l'admiration de Gustave Flaubert. Admis à la retraite en novembre 1847, il fut remplacé par le jardinier botaniste en chef Philippe.

Cependant en 1849 l'administration des hospices de Toulon, voulant agrandir l'hôpital de la Charité, manifesta son intention de reprendre le terrain qu'occupait le jardin botanique de la marine. Malgré l'avis négatif de la commission nommée par l'Académie des sciences contestant le bien-fondé du projet, rien n'y fit. Le jardin fut supprimé le 1er janvier 1850 et transféré à l'hôpital de Saint-Mandrier, de l'autre côté de la rade. On y transporta de gros arbres avec toutes leurs racines et leur terre mais beaucoup de plantes ne résistèrent pas à cette transplantation. Le nouveau jardin fut divisé en six carrés. Les quatre carrés situés le plus au midi étaient occupés par les plantations de l'école de botanique, le cinquième constituait un jardin anglais garni de palmiers, le sixième était destiné à recevoir les plantes des serres pendant la période d'été. Mais ce jardin avait le fâcheux inconvénient d'être exposé au mistral et aussi de se trouver à Saint-Mandrier près d'un hôpital secondaire n'ayant servi que de façon intermittente entre 1850 et 1858, lors d'épidémies ou d'opérations militaires. Enfin l'hiver rigoureux de 1870-1871 y fit de gros dégâts si bien que le jardin périclita peu à peu et disparut pratiquement à partir de 1884.




LE JARDIN BOTANIQUE DE LORIENT

Un jardin des simples fut créé dès 1724 à Lorient par la Compagnie des Indes près de son petit hôpital au centre ville fondé la même année et qui fonctionnera jusqu'en 1766. Le jardin botanique du roi, situé lui dans la seconde enceinte de l'arsenal, était dirigé par le médecin de la marine François Galloys (1719-1779) qui exposa en 1773 dans un mémoire la configuration du jardin déjà pourvu d'une serre chaude. En 1777 dans un courrier au ministre, il vante les "trésors en arbres et en plantes de l'Inde et la Chine qu'il serait très avantageux de procurer à la France et à l'Amérique". Galloys échangeait de nombreuses plantes avec les colonies, en particulier avec celles de l'Inde et des Antilles. Il recevait une allocation de 1 200 livres par an pour l'entretien de la serre chaude qui abritait les plantes exotiques destinées au Jardin du roi à Paris. Il entretenait lui aussi avec ce dernier une correspondance régulière.

Les jardins botaniques des ports, en dehors de leur vocation fondamentale à cultiver et à étudier les plantes destinées au traitement des maladies mais aussi à instruire les élèves des écoles de chirurgie des hôpitaux maritimes de leurs propriétés et de leurs vertus thérapeutiques, s'imposèrent comme relais des plantes vivantes ramenées des pays exotiques lors des grandes expéditions maritimes du XIXe siècle. Elles y étaient acclimatées avant d'être transférées au Muséum d'Histoire naturelle (nouvelle appellation du Jardin des Plantes en 1793) mais firent aussi la gloire des jardins des ports en conférant une expérience exceptionnelle à leurs botanistes. En tout état de cause ils participèrent grandement au rayonnement de la Marine et de son Service de santé.




L'HISTOIRE DE L'IMPORTATION DU BÉGONIA : DE L'INTENDANT MICHEL BÉGON AU CONSERVATOIRE DU BÉGONIA

L'arrivée de Michel Bégon à Rochefort

Michel Bégon (1638-1710), intendant de la marine, cet "illustre curieux", ami des savants et des voyageurs, était un véritable humaniste. Il s'intéressait à tout, entre autres à l'étude des plantes et c'est ainsi qu'il fut l'instigateur du premier jardin botanique de la marine créé à Rochefort en 1697 dans l'enceinte de l'hôpital "Charente" ouvert en 1683. A ce titre il peut être considéré comme le père de la botanique dans ce port.

Issu d'une famille de robe, il est intendant des îles du Vent (1682-1684) puis intendant des Galères à Marseille et de la ville (1685) avant d'être nommé le 1er septembre 1688 intendant de Rochefort, fonction qu'il assumera (avec l'intendance de la Généralité de La Rochelle à partir de 1694) jusqu'à sa mort en 1710.

Alors qu'il était intendant des Galères à Marseille, Bégon reçoit instruction du roi de rechercher un naturaliste ayant vocation à explorer les Antilles pour en rapporter des "plantes rares et aussi utiles à la médecine". Il s'adresse alors à un médecin marseillais Joseph-Donat Surian qui demande à un religieux, le père Plumier, botaniste reconnu, de l'accompagner dans cette grande entreprise. Le père Charles Plumier (1646-1704), de l'ordre des Minimes, avait en effet étudié la botanique lors d'un précédent séjour à Rome dans un monastère et ensuite, alors qu'il se trouvait au couvent de Bormes, avait herborisé en Provence et dans le Midi avec Pierre-Joseph Garidel (1658-1737) et Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708).

Le Père Charles Plumier et les Bégonias

Charles Plumier va alors effectuer plusieurs voyages dans les îles d'Amérique sans toutefois atteindre le grand continent. Le premier, accompli avec J.-D. Surian en 1689, le mène à la Martinique, à Haïti, dans les îles Saint-Vincent, Saint Christophe... Il découvre de nombreuses nouvelles espèces et, fin dessinateur, réalise d'innombrables et superbes planches. C'est alors qu'il découvre six petites plantes herbacées aux feuilles grasses plus ou moins rondes qu'il nomme Bégonia en hommage à l'intendant de Rochefort qui avait favorisé son voyage. Tournefort dans son ouvrage Institutiones rei herbariae (1700) énumère les six espèces de Bégonia de Plumier (Begonia purpurea, Begonia nivea et quatre Begonia roseo flore) en donnant leurs représentations figurées. Le genre Bégonia sera également mentionné par Linné dans Species Plantarum (1753).

Nommé Botaniste du roi en rentrant en France en 1690, Plumier repart pour un second voyage à l'issue duquel il publie en 1693 sa célèbre Description des plantes de l'Amérique. En 1696 il effectue son troisième voyage qui le conduit en Guadeloupe, à la Martinique et à Saint-Domingue. Dans Nova plantarum americanarum genera (1703-1704), il décrit 106 genres nouveaux dont la Vanille et 219 espèces nouvelles (rappelant les 6 espèces de Bégonia) avec quarante planches d'une extrême précision. Il s'imposa ainsi comme le père fondateur de la systématique générique américaine. Le quatrième voyage amorcé à l'instigation de Fagon, le médecin du roi, pour aller étudier les arbres à quinquina au Pérou sera le dernier. Le père Plumier meurt le 16 novembre 1704 à Sainte-Marie près de Cadix d'où il devait partir pour l'Amérique du Sud. Son Traité des Fougères de l'Amérique sera posthume (1705).

Ce spécialiste de la flore des Antilles au XVIIe siècle laissait une œuvre considérable, de nombreux manuscrits et une collection de 6 000 dessins dont 4 000 de végétaux. Unanimement respecté de ses contemporains, des savants comme Tournefort et Linné lui dédièrent le genre Plumeria de la famille des Apocynacées.

L'œuvre de Bégon pour la ville de Rochefort

Michel Bégon fut un bienfaiteur pour Rochefort. On dit qu'il trouva la ville naissante en bois et qu'il la laissa en pierre. Il fit également beaucoup pour l'hygiène en préconisant la surélévation des maisons et le pavage des rues. Il se préoccupa du bien-être des habitants, des questions de santé et fonda l'établissement des orphelines de la marine en 1694 tandis que cette même année sévissait au port une effroyable épidémie. C'est encore lui qui, en 1704, fit venir à Rochefort le médecin Jean Cochon-Dupuy qui exerçait son art à La Rochelle, le fondateur l'école de chirurgie en 1722.

Collectionneur passionné, Bégon constitua un réputé Cabinet de curiosités dont l'inventaire du 1er juin 1699 révèle les immenses richesses (une bibliothèque de 7 000 ouvrages, des manuscrits, des représentations de plantes, des tableaux et portraits, une fabuleuse collection d'estampes, des cartes, des plans et dessins de villes et de vaisseaux, d'innombrables médailles et monnaies et bien d'autres objets précieux et variés). De tout cela, il ne reste actuellement qu'un ensemble de 25 000 estampes conservées à la Bibliothèque Nationale. Il laissa aussi le journal manuscrit de son Voyage en Amérique.

Véritable "honnête homme" du XVIIe siècle, Michel Bégon fut sans doute l'un des plus grands officiers de plume de son temps. Il décéda, regretté de tous, le 14 mars 1710 à Rochefort où il fut inhumé à l'église Saint-Louis.

Le Conservatoire du Bégonia de Rochefort

Il rappelle le souvenir de l'illustre intendant qui donna son nom à la fleur découverte par le père Plumier au XVIIe siècle. Pour célébrer la mémoire du grand homme, la ville fit l'acquisition en 1986 d'une des plus belles collections de Bégonias de France, alors menacée de disparition. Elle appartenait à un horticulteur du Val d'Oise, Vincent Millerioux, qui avait amassé environ 200 Bégonias botaniques et hybrides (les hybrides représentant les croisements, mutations, sélections et déviations génétiques). Cette collection Millerioux fut alors installée en 1988 dans une serre de 650 m2 sur le centre horticole de la ville, érigée en musée municipal en 1990. La serre fut ensuite agrandie de 350 m2 en 1993 tandis que le Conservatoire s'enrichissait d'un nouvel espace muséographique de 100 m2 en 2010. Aujourd'hui le Conservatoire du Bégonia, agréé Collection Nationale, constitue la plus importante collection de Bégonias au monde. Cette Serre Conservatoire (1 100 m2 au total) - qui fait de Rochefort la "capitale du Bégonia" - renferme plus de 1 500 Bégonias botaniques et hybrides (soit 500 botaniques et 1 000 hybrides). Ces plantes y sont entretenues, cultivées et multipliées. L'enrichissement s'effectue à partir d'échanges avec des collections françaises ou étrangères ou directement à partir des forêts tropicales d'origine.

La Serre Conservatoire de Rochefort, vitrine exceptionnelle d'écologie tropicale, abrite non seulement des Bégonias traditionnels mais aussi des plantes inconnues ou oubliées. C'est là que sont créés chaque année de nouveaux Bégonias au prix d'un important travail de recherche. Le genre Bégonia - l'un des genres de la famille des Begoniaceae mais non le seul - comprend maintenant plus de 2 200 Bégonias botaniques dans le monde et près de 13 000 espèces hybrides (obtenues depuis 1845).

Ce Conservatoire du Bégonia marque ainsi un véritable retour aux sources et rappelle le prestigieux passé botanique de Rochefort, assurant d'une certaine manière sa pérennité.

 


Page publiée le 11/01/2017.