LA REVUE "MÉDECINE TROPICALE"

La revue "Médecine Tropicale" éditée de nos jours par l’Institut de médecine tropicale du Service de santé des armées est issue d’une longue tradition scientifique qui retrace l’histoire des découvertes du monde tropical.





UNE GÉNÉALOGIE ÉLOQUENTE

En 1863, à la suite d’une publication de la thèse de Brassac intitulée "Considérations pathologiques sur les pays chauds" (Montpellier 1861), Chasseloup-Lantot, ministre de la Marine et des Colonies permet la création de la revue "Archives de Médecine navale" qui sera publiée pendant 25 ans, des volumes traitant d’hygiène navale, pathologie, ethnologie, géographie médicale, complétée par un bulletin officiel sur les mutations et mouvements des officiers du corps de santé.

En 1890, est créé le Corps des officiers du service de santé des colonies et des pays du protectorat à côté du Corps des médecins de la marine. Cela justifiera alors l’apparition d' un nouveau titre : Archives de médecine navale et coloniale qui publiera de 1890 à 1896 des travaux concernant autant les médecins et pharmaciens en service en mer qu'aux colonies.

Peu à peu s’affirma la spécificité de chaque Corps de santé. Le temps est alors venu de reconnaître la spécialisation des publications et les pôles d’intérêt liés à chacun d’eux.

Ainsi les Archives de médecine navale reprirent à nouveau leur titre original en 1897 et jusqu’en 1909 pour devenir Archives de médecine et de pharmacie navale, puis Revue de médecine navale (1946-1959).

Parallèlement en 1898 naissent les Annales d’hygiène et de médecine coloniale. Leur publication sera interrompue de 1914 à 1920 et elles renaîtront sous le titre d’Annales de médecine et de pharmacie coloniale qui seront à nouveau interrompues de 1939 à 1940.




PÉRIODE CONTEMPORAINE (de 1941 à nos jours)

Par décision en date du 22 avril 1941 sous l'égide des secrétariats d'État à la Guerre et aux Colonies, est créée une revue du Service de santé des troupes coloniales, à caractère strictement scientifique et spécialisée dans les questions de pathologie exotique. Cette revue est éditée à Marseille et publiée par les soins de l’Ecole d’application du Service de santé des troupes coloniales.

Dès juin 1941, le premier numéro de "Médecine tropicale" sortait des presses de l’imprimerie Leconte à Marseille. Créée pour être à la fois un organe d’expression des médecins et pharmaciens des troupes coloniales, un moyen de formation continue et un organe de liaison entre les membres du service de santé, "Médecine tropicale" publie, pendant plus de trente années, des mémoires et travaux originaux, des communications, des documents bibliographiques, mais aussi des questions de concours et des informations d’ordre administratif ou corporatif. Les contingences d'une publication mensuelle et difficultés de l’époque amenent rapidement à revenir à une périodicité plus modeste. "Médecine tropicale" devient bimestrielle dès 1943 et le reste ensuite, avec, certaines années, des numéros spéciaux supplémentaires.

La revue gardera jusqu’en 1974 la même présentation.

Pendant ces trente années, paraissent des comptes rendus de travaux très remarqués. Citons les travaux de Bouvier* et Autret* sur la nutrition en Indochine (1942), ceux de Puyuelo* en 1949 sur l’onchocercose en Afrique noire, ceux de Gallais* sur la trypanosomiase expérimentale et de Reynes* sur les insecticides, tous deux publiés en 1953; il faudrait citer aussi Lapeyssonnie* et la méningite cérébro-spinale, Carayon*, Bourrel* pour la chirurgie de la lèpre, Labusquière* et la vaccination antimorbilleuse et tant d’autres.


La revue "Médecine Tropicale"

 

C’est en 1975 que "Médecine Tropicale", déjà sous-titrée depuis deux ans "Revue de médecine et de santé publique tropicales" et non plus "Revue du Service de santé des troupes de marine", prend l’aspect actuel après d'importantes rénovations : aspect extérieur modifié, un effort de sélection rigoureux des articles, mais la revue garde une polyvalence qui la distingue des autres périodiques d'expression française et spécialisée en médecine tropicale. L'audience internationale s'accroît, parallèlement les auteurs proviennent pour 40 % du milieu civil tropicaliste dont de nombreux médecins et universitaires africains. En plus de la publication des numéros standards, la revue publie des numéros spéciaux consacrés à des thèmes particuliers traitant d'une affection ou d'un groupe d'affections tropicales.

"Médecine Tropicale" est actuellement diffusée dans quatre vingts pays contribuant à la propagation de la pensée médicale française dans les cinq continents.

Ainsi depuis 116 ans, médecins et pharmaciens de marine, des troupes coloniales, des troupes d’outre mer et maintenant d’assistance technique ont pu faire part de leur expérience, de leurs travaux en milieu tropical par l'intermédiaire de la revue. L'histoire de "Médecine Tropicale" se confond ainsi avec l'action sanitaire de la France menée dans son empire par le Corps de santé colonial, puis après les indépendances, avec celle de la coopération qui continue avec les médecins des troupes de Marine.


Page publiée le 11/01/2017.